-A A +A
Partager sur Facebook
TENDANCES INFIRMIÈRES

TENDANCES INFIRMIÈRES

Sylvie Gaudreau
Sylvie Gaudreau

Prescription infirmière : Qu’en est-il en Abitibi-Témiscamingue?

Le Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier pris en application de la Loi médicale (chapitre M-9, a. 19 b) est entré en vigueur le 11 janvier 2016. Ce règlement autorise des activités de prescription aux infirmières dans les domaines des soins de plaies, de la santé publique et des problèmes de santé courants.

Les activités de prescription infirmière visent à améliorer l’accès aux soins et à assurer une meilleure continuité des soins et services. La prescription infirmière permet d’optimiser les interventions de l’infirmière auprès des personnes, d’éviter la fragmentation de l’offre de services, de réduire les délais dans la prestation de soins et ainsi de réduire le risque de conséquences négatives sur l’état de santé des personnes. Ces activités s’inscrivent en continuité avec les activités qui sont réservées aux infirmières dans une collaboration interprofessionnelle qui doit s’adapter à la situation clinique de l’usager1.

Au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue, une règle de soins infirmiers a été adoptée le 18 janvier dernier. Cette règle a pour objectif d’encadrer et de donner des directives claires concernant les infirmières visées par le présent règlement, les secteurs ciblés ainsi que les conditions à considérer pour obtenir ce droit de prescrire.

En septembre dernier, nous avons reçu 35 demandes d’infirmières ayant obtenu le droit de prescrire par l’OIIQ.

Ainsi, ces infirmières pourront prescrire (selon leur profil d’admissibilité) :

  • les analyses de laboratoire (préalbumine, albumine, culture de plaie);
  • les produits, les médicaments et les pansements reliés au traitement des plaies et aux altérations de la peau et des téguments;
  • la contraception hormonale, un stérilet ou la contraception orale d’urgence;
  • un supplément vitaminique et l’acide folique en périnatalité;
  • un médicament pour le traitement de la pédiculose;
  • un médicament pour la cessation tabagique;
  • un médicament pour le traitement d’une infection gonococcique ou d’une infection à Chlamydia trachomatis selon des critères précis;
  • un médicament pour le traitement des nausées et vomissements non incoercibles chez la femme enceinte;
  • un médicament topique pour le traitement de l’infection fongique (candida) de la peau et des muqueuses chez le bébé et la femme qui allaite2.

Deux midis-conférences ont aussi eu lieu en collaboration avec le CECII, le Comité jeunesse régional et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue au cours des derniers mois pour promouvoir cette nouvelle pratique clinique.

En somme, il s’agit d’une étape importante qui vient d’être franchie dans la pratique infirmière au Québec. Il est toujours temps de vous inscrire pour obtenir votre droit de pratique. Vous trouverez toute l’information nécessaire et les critères d’admissibilité directement sur le site de l’OIIQ3.

Par Sylvie Gaudreau, inf. M. Sc.
Adjointe à la directrice des soins infirmiers
Volet Prévention et contrôle des infections, pratiques et qualité des soins infirmiers
Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue


Sources

1 Direction des soins infirmiers (2016). Règle de soins infirmiers : Prescription infirmière. Ville-Marie : Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue.

2 OIIQ et CMQ (2015). Guide explicatif conjoint : Prescription infirmière.

3 Site Web de l’OIIQ : https://www.oiiq.org/pratique-infirmiere/prescription-infirmiere

Recherche

Mots clés

TD