-A A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

La télésanté : un beau domaine à exploiter

Qu’est-ce que la télésanté ?

Les technologies sont de plus en plus au cœur de nos vies. Elles permettent aux gens de rester proches tout en étant éloignés physiquement. Elles permettent de très grandes avancées dans différents domaines sur toute la planète. Mais de quoi ont l’air les technologies de l’information dans le domaine de la santé en région ?

Rôles et responsabilités en télésanté

Étant pilote clinique en télésanté (et infirmière clinicienne de formation), mon rôle en est un de promotion de la télésanté et de coordination de projet et de liaison avec le centre d’expertise de la télésanté du RUIS (Réseau universitaire intégré de santé) McGill. Ce volet étant très clinique, il est essentiel d’avoir un équivalent au niveau technologique qui pourra conseiller, évaluer et coordonner le côté technique des projets. Travail de pair, l’un ne va pas sans l’autre. La télésanté est aussi encadrée par le Centre de coordination en télésanté (CeCoT) de McGill en plus d’avoir sa place dans les projets du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Au niveau local, un comité tactique, composé de gens de plusieurs directions, a été créé afin d’assister les pilotes dans la promotion de la télésanté, de participer à l’analyse de priorisation des demandes et de rapporter les informations recueillies à l’intérieur du comité tactique aux instances appropriées.

Fonctionnement de la télésanté

Souvent utilisée pour éviter les déplacements, la télésanté permet plusieurs possibilités. En région, de nombreux projets sont déjà en place. Par exemple, de la téléconsultation génétique avec patients est possible avec le CUSM (Centre universitaire de santé McGill). Les clients utilisateurs de ce service sont référés en génétique par un médecin de la région. Une fois au CUSM, la demande est évaluée et mise dans la plateforme Atlas Télémed, qui consiste en un dossier d’archives médicales sécurisé pour l’échange d’informations concernant le patient entre le médecin demandeur et le médecin receveur. L’agente administrative du CISSSAT organise la réservation des locaux et appareils selon les disponibilités envoyées par le CUSM, puis elle contacte l’usager pour lui donner son rendez-vous dans l’hôpital le plus près possible de son domicile. L’usager se présente donc à son rendez-vous, de la même manière que pour les visites régulières de suivi sauf que le médecin est rencontré via visioconférence sécurisée. De la téléinterprétation est aussi accessible pour les évaluations respiratoires et les dépistages d’apnée du sommeil avec la population Crie du Nord. En effet, les examens sont effectués dans les réserves autochtones du nord par des inhalothérapeutes formés, puis les résultats des examens sont envoyés via Atlas Télémed aux pneumologues de Val-d’Or pour analyse. Cela évite aux clients du nord de devoir se déplacer par avion pour passer leur examen. Des services sont aussi disponibles, mais peu exploités comme les télésoins à domicile ou la téléassistance. D’autres projets qui étaient mis de côté refont surface, comme le Test de réactivité fœtale (TRF) qui permettra à tous les hôpitaux de la région d’envoyer des résultats de TRF aux autres installations en cas de découverture. Le CISSSAT sera aussi répondant pour le secteur de Winneway. Le tout sera fonctionnel sous peu.

Des appareils spécialisés peuvent être utilisés lors de séances de télésanté comme des stéthoscopes électroniques ou des caméras numériques permettant un très fort zoom. Les caméras sont très utiles pour les cas de dermatologie. Bien que très pratique, la grande majorité des rencontres en télésanté ne requièrent pas l’utilisation de ces appareils.

Principaux enjeux de la télésanté

Facile à organiser dans la vie de tous les jours, le domaine de la télésanté complique un peu la tâche au niveau des rencontres par visioconférence. Principalement à cause de la confidentialité. En effet, tous les transferts d’informations nominatives doivent être faits via des canaux sécurisés. Au CISSSAT, c’est le RITM (Réseau intégré de télécommunication multimédia) qui agit à titre de canal sécurisé. C’est le seul approuvé par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Le RITM permet de relier entre elles les organisations du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. C’est pour cette raison que nous ne pouvons pas utiliser Skype ou Zoom pour des rencontres avec des usagers ou des discussions de cas entre professionnels. Ces compagnies publiques sont hébergées partout dans le monde ce qui cause un grand risque au niveau de la confidentialité des données et des échanges.

Le futur de la télésanté

En pleine croissance, la télésanté offre plusieurs projets en cours d’organisation et elle prendra de plus en plus sa place au fil des années. Des projets comme le dépistage de la rétinopathie diabétique ou les télésoins à domicile sont dans la mire du MSSS et pointeront sans doute leur nez dans un avenir rapproché. N’hésitez pas à en parler avec vos chefs de service, qui pourront faire le lien avec les membres du comité tactique si vous avez des idées de projet. La télésanté étant en plein essor, toutes les idées sont bonnes ! Les membres du comité tactique sont là pour répondre à vos questions et vous appuyer dans vos démarches.

 

Marie-Hélène Côté Bouchard
Infirmière, B. Sc.
Chargée de projet
Direction des services professionnels et de l’enseignement universitaire
CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue

Références 

Ministère de la Santé et des Services sociaux (2015), Information sur les services d’accès au RITM, 2015 pour les fournisseurs, consulté sur http://ti.msss.gouv.qc.ca/Familles-de-services/Infrastructures/Service-F/Procedures/Document-d-information-sur-la-demarche-de-livraiso.aspx le 20-06-2019

Recherche

Mots clés

TD